Après le scrutin européen…

Cela fait près de 20 ans que je suis les questions européennes. Du cabinet de Michel Barnier, alors ministre délégué aux Affaires européennes à celui de Nicolas Sarkozy, Président de la République, en passant par la Commission Européenne, elles ont constitué pour moi non seulement une part importante de mon travail mais aussi la marque d’un engagement sincère et constant.
Les résultats affligeants de cette soirée électorale doivent nous appeler à nous mobiliser et à réagir en ayant à l’esprit que :
-. en 20 ans, rien n’a changé et l’Union européenne, non seulement reste parfaitement méconnue mais sert également de bouc émissaire dans la plus parfaite hypocrisie. En d’autres termes, on ne peut pas cracher toute la semaine sur l’UE et demander aux Français d’être raisonnables le dimanche !
-. trop rares sont les membres de la classe politique qui assument en toutes circonstances le choix européen quand ils ne tiennent pas un double langage bien commode ;
-. trop rares sont les journalistes –et leurs responsables hiérarchiques- vraiment au fait de ces questions et qui osent parler des trains qui arrivent à l’heure et pas seulement de celui qui est en retard ;
-. pour créer les conditions d’un débat national permanent et intéressant, il faut arrêter de considérer que les questions européennes relèvent de la politique étrangère : ce sont des questions de politique intérieure !
-. tant que l’Union européenne restera désincarnée, elle sera un objet de désintérêt et de railleries. Le projet européen, pour survivre, doit être entraîné par des hommes et des femmes politiques qui mettent leur talent à son service. Méditons les exemples de Jacques Delors à la tête de la Commission européenne et de Nicolas Sarkozy pendant le Présidence française de l’UE en 2008 ;
-. ne tirons pas de conclusions hâtives quant à la prééminence du Front National sur la scène politique nationale. Les écologistes avaient obtenu plus de 16% des voix aux dernières élections européennes en 2009 et 2% aux présidentielles de 2012 ;
-. les divers commentaires entendus ce soir à propos du score du Front National passent souvent à côté de la plaque par méconnaissance du fonctionnement réel du Parlement européen. Comme l’a très justement dit José Bové : « l’enjeu de cette élection a été pris en otage par le FN et on est sur un vote de contestation stérile qui n’apporte rien en termes de solutions… »
Mais n’oublions pas l’essentiel : Kim Kardashian et Kanye West sont enfin mariés !

Pas de commentaires

Laisser un commentaire