Une page par jour…ou presque / 80

SOURDE NUDITE, dialogue

à Ségeste

Face à moi, tu sais mener avec force ta sourde nudité
Indifférente au regard de l’autre, ton adresse n’est qu’aux seuls dieux
Sur la douce colline, tu demeures pourtant solide en proie au tumulte des jours nouveaux
Dans une communion avec la nature, l’esprit de ta parole se libère
Les jambes se remettent à danser, les âmes redeviennent légères
Défiant l’arbre de rigueur, heureux spectateur.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire