Un page par jour…ou presque / 54

Nous n’avons trouvé un logement à Sydney qu’à la dernière minute. Après avoir épuisé notre mince réseau de relations et autres connaissances en Australie, échangé de nombreux mails et coups de téléphone avec différentes agences immobilières à Sydney, nous sommes arrivés à nos fins grâce à airbnb. Sur le site, nous avons repéré une maison qui correspondait à ce que l’on recherchait mais pour une somme exorbitante et dépassant TRES largement notre budget. Une fois rentré en contact avec la propriétaire, je me suis attaché à négocier fermement avec elle ce qui a abouti à un tarif beaucoup plus raisonnable même si encore comparable à ce qui est pratiqué dans les très beaux quartiers parisiens (comme on dit…). Le fait de ne pas être en haute saison et la longue durée de location (2 mois) ont certainement joué en notre faveur.

Pour trouver cette maison, nous avions fait une sélection de quartiers situés en bord de mer et dans la proximité du lycée français Condorcet. Sydney est une grande ville et la durée des trajets est un paramètre dont il faut tenir compte ce qui ne fut absolument pas le cas à Pondichéry et un peu au Cap. Pour les connaisseurs, les quartiers étaient : Bondi, Bronte, Clovelly, Coogee, South Coogee et Maroubra. C’est dans ce dernier quartier situé dans la partie sud de la ville que se trouve le lycée français. Trouver de quoi se loger deux mois, à distance dans une aussi grande ville et sans la connaître du tout n’est pas une chose aisée surtout que les appartements et les maisons meublés à louer pour une aussi courte période sont denrée plus que rare. Autre chose à prendre en considération : le prix. Nous avions été prévenus : Sydney est une ville chère, TRES chère et ce, à commencer par l’immobilier. Pour vous donner un ordre d’idée, impossible de trouver un appartement de taille moyenne pour quatre personnes dans ces quartiers à moins de 3500 €/mois et encore… Curiosité locale : les loyers sont donnés à la semaine ce qui, quand on ne le sait pas, permet un instant de bonne surprise en se disant qu’on en a trouvé un pas cher du tout jusqu’à ce que l’on aperçoive le « pw » à côté du prix, soit « per week »… De Pondichéry à Sydney en passant par Le Cap, le budget loyer a été multiplié par un peu plus de deux à chaque fois. Au-delà, à Pondichéry, on vit comme un roi avec 1000 € par mois, au Cap on vit bien avec 4500 € par mois, à Sydney et comme on pourra rapidement s’en apercevoir, on tient 10 jours à peine avec cette somme !

Sydney fait ainsi payer au prix fort sa baie qui est l’une des plus belles au monde ! Selon certains classements, la ville est même considérée comme la deuxième agglomération la plus chère au monde. Non pas que je veuille m’épancher sur ces basses questions matérielles, mais quand vous prenez un pv de 99 dollars australiens (70 € pour dépassement de l’heure autorisée sur un stationnement payant) ou de 600 dollars (420 € pour 24 heures de retard dans l’achat de l’équivalent local de la vignette (qui coûte elle-même 600 $), vous comprenez pourquoi l’économie est encore florissante et surtout pourquoi il n’y a pas une seule voiture mal garée dans toute la ville ! Efficace me direz-vous, certes mais bon…

Pas de commentaires

Laisser un commentaire