Une page par jour…ou presque / 53

De retour sur ce blog pour y conter nos aventures australiennes. Désolé de cette absence. Vous pouvez dores t déjà vous rattr

Le départ pour Sydney se fit dans la lignée de nos précédents envols si je puis dire : avec le souci de ne pas dépasser la limite de poids autorisée pour les bagages, à savoir 30 kg par valise ce qui fait toujours 120 kg pour nous quatre. Ce à quoi, il faut rajouter deux bagages cabine pour chacun d’entre nous. A l’instar de ce que nous avions fait avant notre départ d’Inde, nous ferons partir une valise pour la France. Remplie de livres, de vêtements et d’objets divers, elle mettra quelques mois à voguer sur les océans avant de retrouver le plancher des vaches français. Pour cela, nous avons abusé de la gentillesse d’amis qui rentrent définitivement en France et dont le container n’était pas rempli. Achetée à très vil prix dans un magasin chinois de Capetown, nous ne pouvons que prier pour que cette valise (et les affaires qu’elle transporte) survive-nt au trajet car la solidité n’est pas son point fort. Sans qu’elle ne soit particulièrement lourde et alors qu’elle était neuve, en la chargeant dans le coffre de la voiture de ces amis, la poignée…m’est restée dans la main…Un bon début !
Fin prêts, nous quittons Le Cap à regret, ville que nous avions appris à apprécier petit à petit. La rencontre d’amis plus que sympathiques (Sarah, Michael, Nadia, Hamid, Malvina, Peggy, etc. pour ne pas les citer et sans oublier tous les autres) a, bien sûr beaucoup joué. Autant de rencontres imprévues, alors que nous n’étions que de passage mais qui ne seront pas sans lendemain. J’en profite pour les remercier toutes et tous de leur sympathie et de leur gentillesse. Un special thanks à Michael qui nous a prêté l’objet plus qu’essentiel au moment de fermer les valises : un pèse-valises ! (LOL comme commence à dire mon fils. Ce à propos de quoi je ne sais pas si je dois rire, m’énerver ou me faire une raison).
Avec nos valises à 30 kg pile poil, nos deux bagages cabine d’au moins 10 kg chacun (un seul de 7 kg autorisé pour mémoire), nous voilà repartis vers de nouvelles aventures qui nous font passer au troisième épisode de notre visite d’anciennes colonies britanniques : l’Australie. Terra incognita pour nous tous ce qui en fit une raison majeure de choix de destination. 50 ans après mon père qui y a travaillé dans une ferme de moutons au nord de la Nouvelle Galles du Sud (je fis la même chose au Brésil avec des vaches dans le Mato Grosso do Sul –n’y voyez aucun lien de cause à effet), me voilà parti pour « down under », à 17 000 kms de la France. Là, tout change (sauf la langue) : c’est loin, très loin (à côté de la Nouvelle-Calédonie…) et il y a entre 8 et 10 heures de décalage horaire selon les périodes de l’année. Résultat : ce sera au bout de 24 heures de voyage que nous rallierons cette nouvelle terre qui nous est promise.

2 reponse

  1. ben 23 juin 2013 at 22:56 #

    a boiada ta boa!

    • Pierre-Jérôme Henin 24 juin 2013 at 01:25 #

      com certeza !

Laisser un commentaire